Home Nouvelle offre de services pour l’Éveil

Nouvelle offre de services pour l’Éveil

Nouvelle offre de services pour l’Éveil

unnamed-file
ROXANNE CARON
 
Quand on veut, on peut. Voilà la seule idée qui doit germer dans la tête d’une personne vivant avec des problèmes de santé mentale pour accéder aux nouveaux services de l’organisme l’Éveil.

L’OBNL fondé en 1995 a dévoilé ses nouvelles trajectoires de services à l’occasion de la Semaine nationale de la santé mentale.

À la suite d’une entente avec le CLSC de Cowansville-du-Sud, l’Éveil offrira désormais des services d’insertion socioprofessionnelle en santé mentale pour le territoire de Brome-Missisquoi.

« Ça s’adresse à ceux qui veulent agir pour se rétablir », souligne Nancy Di Vincenzo, directrice générale de l’Éveil.

 

De l’aide et de l’accompagnement seront alors offerts pour l’insertion et le maintien à l’emploi ou aux études.

« On veut un continuum de services. On ne veut pas la répétition des services », précise Mme Di Vincenzo.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a accordé un montant de 66 000 $ à l’organisme afin de pouvoir aider 14 personnes cette année et 18 pour les années à venir.

Un montant de 200 000 $ sera aussi utilisé grâce au Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) afin d’aider davantage de gens.

 

Services

À travers une série d’ateliers et d’accompagnements psychosociaux individuels, la personne vivant avec un problème de santé mentale pourra cheminer vers son objectif d’insertion au travail ou aux études.

« On travaille avec l’unicité de la personne. Alors, partout où elle veut postuler, on va y aller. On l’accompagne au travail si elle veut. On regarde avec le patron qui est au courant des problématiques », explique Mme Di Vincenzo.

Il appert que certaines personnes ayant des problèmes de santé mentale sont réticentes à se chercher un emploi puisqu’elles ont peur de perdre l’aide sociale. « C’est une peur pour eux de retourner au travail à cause de ça. Donc il faut négocier avec l’aide sociale », souligne Timothy Wisdom, coordonnateur du volet emploi à L’Éveil.

Parallèlement, des ateliers animés par Louise Daniel, paire aidante en santé mentale, permettront aux participants de se situer dans leur rétablissement et de voir les étapes qu’ils auront à franchir à travers leur retour au travail ou aux études.

« L’itinéraire de mon rétablissement » s’échelonne sur 12 semaines et il accueille un groupe fermé de huit personnes.

Que ce soit pour améliorer l’estime de soi, briser l’isolement ou accentuer le sentiment d’appartenance, M. Wisdom souligne l’impact que ce rassemblement a sur les participants.

L’équipe précise que même si l’insertion au travail ou aux études ne fonctionne pas, la personne pourra par exemple se tourner vers du bénévolat.

Dans le premier groupe qui a participé à l’atelier, au moins une dizaine de personnes ont connu du succès dans leur insertion professionnelle ou scolaire.

D’autres ateliers sont aussi donnés pour assurer le maintien de la personne dans sa communauté et l’intégrer socialement.

« On a voulu se placer dans l’action pour être le dernier petit coup de pouce en santé mentale », lance Mme Di Vincenzo.

« On va tester des choses. On est juste quatre personnes pour le territoire de Brome-Missisquoi et tout est en développement », dit M. Wisdmon en précisant que les délais d’attente pour rencontrer un spécialiste sont très courts, voire inexistants.

Actuellement, 80 personnes sont membres de l’Éveil et 47 personnes se font présentement suivre par l’équipe de l’organisme qui est composée de Louise Daniel, Nancy Di Vincenzo, Carolyne Roger et Timothy Wisdom. À eux quatre, c’est 35 ans d’expérience qui sont au service des gens vivant avec des problèmes de santé mentale.